La vie comme zôon et comme bîon chez Kant

Là où nos langues n’ont qu’un mot unique, le grec distingue la vie comme zoê (des plantes, animaux, astres) et la vie comme bîos (des mortels). La confusion est à son comble lorsque la Science de la Vie se comprend comme « Bio-logie ». Une trace de ce sens originaire demeure pourtant dans le mot « Bio-graphie ».

La Critique de la faculté de juger propose une articulation de ces deux compréhensions de la vie, la vie naturelle et la vie humaine, zoê et biôs. L’affirmation dans la première partie de l’ouvrage de l’harmonie entre les facultés subjectives (ainsi que les dispositions intersubjectives) avec la nature vivante confronte trois idées distinctes de totalités dont la seconde partie de l’ouvrage tend à préciser la signification plus avant. La totalité qui constitue le sujet du jugement de goût, la totalité que forme la communauté des hommes et la totalité de la nature comme système des fins entrent en correspondance les unes avec les autres sans qu’on puisse à aucun moment les poser et poser leur rapport dans un absolu objectif comme prétend le faire pour chacune d’elles le dogmatisme téléologique , qu’il soit psychologique (rationalisme), politique (autoritarisme) ou biologique (finalisme).

Par rapport aux deux précédentes Critiques, qui prennent le moi exclusivement comme un être rationnel et raisonnable, la troisième débouche sur l’homme en tant qu’être vivant. Non pas au sens où il serait un être naturel et sensible par opposition à son caractère nouménal qui en ferait une personnalité libre, mais au sens où il ne peut penser son existence au sein de la totalité de ce qui est sans être saisi immédiatement par le sentiment de sa destination. Or, cette destination ne lui serait pas aussi clairement connue s’il n’était pas capable de s’émerveiller devant la nature vivante. L’expérience esthétique est le propre de l’homme, ce dont ni un être purement sensible, ni un être purement rationnel ne seront jamais capables. N’est-il pas dès lors permis de voir dans l’Analytique du beau et dans l’Analytique du sublime une Analytique de l’être-au-monde (avant la lettre) qui précèderait l’activité de connaissance et le comportement moral, la théorie et la pratique ? Celles-ci y trouveraient dès lors leur enracinement. La sphère de la vie se découvrirait alors chez Kant comme plus originaire que toute constitution d’un monde objectif ou que toute aspiration à la sainteté.

Aussi, ce n’est pas un hasard si la recherche des conditions qui font de la vie une vie spécifiquement humaine revient sur ce qui donne leur régulation au connaître et à l’agir. En effet, le rapport de la connaissance et de l’action à leurs objets ne peut se passer de l’hypothèse et du postulat d’un nexus finalis. L’Idée d’une intelligence qui donnerait à la nature ses lois et à l’humanité l’organisation des fins en vue desquelles elle doit vivre autoriserait à faire comme si la vie humaine était le but ultime de la création. Si l’homme ne devait pas exister, « la nature serait un désert vide et inutile » dit Kant : la vie en son entier n’aurait pas lieu d’être.

Mais ce but n’est pas donné achevé. Et l’homme est un télos en tant que zôon dans la mesure même où il reste atélès en tant que bîon. Il doit en effet réaliser lui-même sa destination. L’existence de ce vivant consiste dans des potentialités en germe dont l’accomplissement nécessite la participation de l’espèce entière. Comme tel, l’homme ne peut se réaliser individuellement. C’est dans ce contexte que la Nature déploie ses ruses afin que l’espèce devienne communauté, et que le vivant, le zôon intelligent, puisse s’élever à la dignité d’une vie authentiquement humaine.

Advertisements

A propos karl sarafidis

Enseignant-chercheur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Collège Universitaire Français de Moscou (MGU Lomonossov).
Cet article a été publié dans Métaphysiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s