La patrie

« c’est au nom de la patrie que vous vous élancez comme des bêtes féroces sur le peuple voisin ; et si l’on vous demandait ce que c’est que votre patrie, vous vous égorgeriez vous-mêmes les uns les autres avant de tomber d’accord sur ce point. » Joseph Jacotot Langue maternelle, p. 290.

Advertisements

A propos karl sarafidis

Enseignant-chercheur Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Collège Universitaire Français de Moscou (MGU Lomonossov).
Cet article a été publié dans Métaphysiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s